Dernier bal pour l’Elysée Montmartre ?

29 Mar

Mardi dernier, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, la salle de concert L’Elysée Montmartre s’est retrouvée prise par les flammes. L’incendie a détruit l’intégralité des lieux et a mis en péril sa reconstruction. Enquête sur cet endroit mythique et sa possible renaissance.


CC Flickr / Marie-Lan Nguyen

Mardi 22 mars, 7h45. Des touristes en promenade matinale s’arrêtent aux abords de la station Anvers, inquiétés par une odeur de brûlé et les nuages de fumée s’échappant de l’Elysée Montmartre, une des salles de concert les plus fréquentées de Paris. Alertés par la femme de ménage, seule personne présente lors du déclenchement de l’incendie, les secours arrivent très vite sur place. C‘est une centaine de sapeurs pompiers de seize casernes différentes qui se déploient pour faire face au sinistre. Le feu n’est maîtrisé qu’en début d’après-midi alors que les badauds sont déjà dispersés. On croise Arnaud Lavergne, gérant de la salle, ému aux larmes par ces événements impromptus. Le chef des pompiers Samuel Bernès, lui, dresse un bref état des lieux : aucune victime à déclarer mais une conjonction de phénomènes (flammes, fumée, effondrement partiel du premier étage…) qui classe l’incendie comme ravageur. “La salle entière va devoir être refaite. Tout a été détruit”. Si les façades du bâtiment semblent intactes, le bel intérieur art déco a lui disparu sous les flammes. Ne subsistent ni le bar, ni la scène ni même les balconnets qui donnaient un cachet si particulier aux lieux. Le plancher et le toit, refaits en 1995, ont également brûlé. Les bureaux situés à l’étage ont également été affectés. Quant aux origines du sinistre, il n’y a maintenant plus qu’à se remettre au laboratoire central de la préfecture de police, en charge de l’enquête.

CC Flickr / Marie-Lan Nguyen

Une salle mythique

Nichée au pied de la butte, sur le boulevard Rochechouart, l’Elysée Montmartre est emblématique du Paris populaire tel qu’ont pu le peindre les Impressionnistes. Construite en 1807 en contrebas du Sacré-Cœur, la salle est réputée pour avoir été le berceau du french cancan et le premier café-concert de la capitale où venaient s’encanailler la bourgeoisie parisienne et les artistes en vogue après des semaines de dur labeur. Fréquentée autrefois par Zola, Maupassant ou Toulouse-Lautrec, l’Elysée Montmartre s’était depuis taillée la réputation de plus belle salle de Paris, d’où ne subsistent plus ni les magnifiques moulures, ni l’imposante mezzanine, parties en fumée après l’incendie de mardi dernier.

La salle de concert avant l’incident

Transformée en salle de catch en 1949, l’Elysée Montmartre devient dès 1970 le temple de la scène rock underground: Iggy Pop, Devo, Jesus and Mary Chain, Nick Cave ou encore Sonic Youth se sont produits sur les planches de l’Elysée Montmartre. Plus récemment, la salle a accueilli LCD Soundsystem, Suede ou encore Foals.

Le bal de l’Elysée Montmartre, prévu samedi, ainsi que le Paris Extreme Fest 2, qui devait se tenir du 25 au 27 mars et Afrique en scène prévu le 31 mars, ont été annulés. Plus chanceux sont les fans de Paradise Lost ou d’Asian Dub Foundation, dont les concerts des 30 mars et 2 avril ont été déplacés au Bataclan et à l’Alhambra.

Possible reconnaissance ou fermeture définitive ?

Gérée depuis 1987 par Garance Productions, l’Elysée Montmartre risque de ne jamais rouvrir ses portes. Lors d’une conférence de presse organisée vendredi, Gérard Michel, président de Garance Productions, a fait part de ses inquiétudes quant à une fermeture définitive, n’étant pas certain que « la salle soit reconstructible ». « Aujourd’hui, nous devons faire face à des problèmes d’assurance et d’experts. La reconstruction dépend également de l’avancée de l’enquête de police qui doit déterminer si l’incendie est criminel ». Pour le moment, les thèses de l’accident et du court-circuit sont privilégiées. La possible décision de fermer la salle émane du propriétaire qui vient d’entamer une procédure d’éviction. « Malgré toutes les demandes adressées à cette société pour continuer l’activité de la salle, aucune réponse n’est parvenue jusqu’à ce jour” déplore Garance Productions. Et d’ajouter « L’Elysée Montmartre est-il destiné à devenir un parking ou un supermarché ? ». Un désarroi assez révélateur des politiques culturelles actuelles où la rentabilité prime sur la réhabilitation d’un lieu phare de la nuit parisienne, rare contre-exemple aux critiques sur la dégradation du loisir nocturne.

Face à la procédure d’éviction qui la menace, Garance Productions a appelé à un grand rassemblement devant l’Elysée Montmartre, samedi 26 mars à 16 heures. D’après l’AFP, entre 150 et 200 personnes ont répondu présentes, apportant leur soutien à la salle de concert pour éviter la destruction du bâtiment.

Charlotte Arce et Laura Pertuy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :