Le goût des autres

29 Mar

En échos à la sortie récente du livre de Naomie Harris « America Swings » de gastronomie en milieu échangiste (et en hommage aux films « La Grande Bouffe » et « Neuf semaines et demi ») il nous est apparu clair qu’un bonobo averti ne pouvait pas ne pas connaître les nouveaux genres culinaires qui s’offrent à lui.

Pour le plaisir de sens et des papilles, voici un petit précis de gastrosexualité pour apprenti-gourmets.

Pour 12 personnes :

  • Premier conseil : préférez le végétarisme !

Un adepte de la cuisine libertine se doit d’avoir une préférence pour le cru. Croquant et frais, la cuisine crue sera ainsi bien plus adaptable aux appétits, et plus digeste, quant à la suite des évènements.

Pour les légumes, attention à ne pas les découper en rondelles, entiers ils seront plus serviables.

En ce qui concerne les fruits, les indétrônables fraises peuvent pour une fois laisser la place à la Pastèque, faisant ainsi référence à une saveur bien asiatique.

Rappelant ainsi le fameux slogan de l’association PETA « Vegetarians have better sex » et les spots publicitaires qui vont avec, il ne sera pas de trop de signaler une énième fois la devise alimentaire en vogue : Mangez cinq fruits et légumes par jours !

  • Si la sitophilie (fétichisme légumier) vous rebute un peu, vous pouvez envisager d’adopter le précepte de Bertold Brecht « l’Homme est bon, mais le veau est meilleur ».

Si viande vous choisissez, faites comme nos amis latino-américains et préférez les abats ! Rognons blancs et mamelles seront des mets de choix. La cuisine de roupettes est tout à fait conseillée pour ce genre de diner entre amis, en sachant d’ailleurs, qu’en mangeant certaines de ces parties, on peut booster les siennes !

Dernier conseil pour les amateurs de bonne chère, ne lésinez pas sur les épices !

  • Amateurs de poisson… on évite.

Une question d’odeurs, vous en conviendrez. Mais il y a peut être une solution pour les mordus de la rascasse : la table humaine à la japonaise. Femme à moitié nue (moitié ?) recouverte de sushis, c’est ultra en vogue au Japon ! Pendant qu’on dresse la table sur notre geisha d’un soir, ces messieurs peuvent s’adonner aux joies du saké. Allongée, impassible, celle qui sert de support ne doit pas bouger d’un cil alors que les invités se servent sur ses cuisses, son ventre etc…

Une entrée envoûtante dans la gastronomie nippone.

  • Pour les desserts, rien de plus facile : privilège au sucré ! La gourmandise a ses valeurs sûres.
  • Champagne obligatoire, digestifs à bannir.
  • Dans l’éventualité d’un goûter d’anniversaire coquin, le Nutella est de rigueur. Le cacao brut étant un classique.  » Théobromine mon amour « , chantait le poète.

«  La culture échangiste s’accompagne toujours d’une certaine idée de la restauration, explique Naomie Harris. La première fois que je suis allée dans un club de Miami, pourtant franchement miteux, il y avait un énorme buffet avec un chef en toque qui servait des tranches de rôti de bœuf avec des pommes de terre normandes. On s’est goinfrés comme des porcs. »

Et maintenant pensez à sortir (les) couverts !

 

G. Rémi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :