UbuWeb, le précurseur en ligne

UbuWeb, c’est d’abord un homme : le poète et universitaire américain Kenneth Goldsmith, qui décide en novembre 1996 d’ouvrir un dépôt d’archives sonores et vidéos de différentes formes poétiques : au début, des livres de poésie épuisés, scannés et mis en ligne. Très vite, le site s’ouvre à l’avant-garde dans le sens large du thème. Aujourd’hui, des milliers d’archives sont ainsi mises à disposition sur le net.

Des Frères Lumière à Christian Boltanski

En vidéo, on trouve des pièces rares, introuvables à moins d’arpenter les festivals de cinéma indépendant. De « Danse serpentine », un film teinté des frères Lumière datant de 1896, à « Points in space » documentaire anglais de 1986 sur le travail de Merce Cunningham et John Cage, l’offre est impressionnante. Autres artistes piochés au détour du site : Banksy, Jean Genet, Samuel Beckett, Pier Paolo Pasolini, Christian Boltanski.

Certes, la qualité de visionnage n’est pas toujours au rendez-vous. Mais le but affiché est de mettre à disposition des vidéos qui seront ensuite achetées ou louées à la source, lorsque celle-ci est connue.

Filz-TV de Joseph Beuys (1970)

« If it doesn’t exist on the internet, it doesn’t exist. » Kenneth Goldsmith

Ubu est une réponse au manque de visibilité et à la marginalisation de la diffusion de l’art d’avant-garde, une réponse d’amateurs qui refusent toute institutionnalisation ou marchandisation.
Kenneth Goldsmith parle de « fan-site » : un site fait par et pour les amoureux de la culture d’avant-garde. Il ne fonctionne que grâce au bénévolat et aux donations de certaines associations. « Une fragile communauté, ni verticale, ni horizontale ».

Le Train de François Girard - Survival Research Laboratories (1985)

Sans autorisation, une mise en ligne de fait

UbuWeb met en ligne la plupart des contenus sans autorisation. Le site grandi au fur et à mesure que les documents arrivent au sein de l’association. Kenneth Goldsmith bénéficie d’une reconnaissance suffisante pour que les diffuseurs ou les artistes n’aient jamais tenté de saisir la justice pour le « piratage » de fait des documents mis en ligne. La plupart des artistes, à l’image de Yann Beauvais, dont certains films sont présents sur Ubu, ou des diffuseurs comme Light Cone, reconnaissent le travail d’UbuWeb et accepte que leurs œuvres soient mises à disposition du plus grand nombre. «Voyons les choses en face, si nous devions avoir l’autorisation de tout le monde sur UbuWeb, il n’y aurait tout simplement pas de Ubuweb » se justifie le site.

Three Transitions de Peter Campus (1973)

Pourtant, en octobre 2010, les Inrockuptibles faisaient état de menaces pesant sur le site, en lien avec la lutte anti-piratage. UbuWeb avait en effet été « hacké » temporairement, sans que l’on sache si l’acte émanait d’ayants-droits ou non.

 

Pour aller plus loin :

Francine Guillou

 

Revenir à l’enquête

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :