Quand Damoclès pointe Romanés

 

Quelques grands noms ont su tirer leur épingle du jeu, comme par exemple le cinéaste Tony Gatlif, le jazzman Django Reinhardt ou l’homme de cirque Alexandre Romanès, le monsieur loyal de l’art gitan d’aujourd’hui.

Rose, la fille d'Alexandre Romanès, a dix ans. Elle participe sur scène au spectacle du cirque tzigane.

Alexandre Romanès dirige le chapiteau éponyme depuis presque 20 ans. Le cirque tzigane, unique en Europe, semble être devenu aujourd’hui la vitrine représentative de la culture Rom pour le grand public. Il s’agit là d’un lien culturel unique et précieux, situé dans la capitale française.

Pourtant, il fut la figure de proue d’un bateau de combat contre des nouvelles mesures gouvernementales extrêmement musclées.

Parti pour représenter la France à l’Exposition Universelle de Shanghaï en juin 2010, son retour se voit perturbé par l’interdiction de travail de deux de ses musiciens. Le salaire ne serait pas respecté et la participation des enfants de la troupe au spectacle est interdite pour les moins de 12 ans. Pour le poète forte tête, c’est l’incompréhension : «on vient nous chercher des poux dans la tête, jusqu’à présent c’était toléré ».

Une soirée de soutien a eu lieu en septembre 2010, et s’est révélée être l’épicentre d’une polémique autour du cirque Rom. Interrogé samedi 22 janvier, Alexandre Romanès parle de « stagnation de la situation », « toujours aussi instable » et précaire concernant l’avenir de son cirque. Pas de nouvelles concernant le Centre des Arts Tziganes, ni la régularisation des musiciens. Pour l’instant le cirque vivote, et semble chanceler sur le fil du funambule.

Depuis le discours extrêmement musclé de Nicolas Sarkozy le 30 juillet 2010, la menace sur les camps de Roms et plus généralement sur le mode de vie nomade semble s’intensifier. « Romanès a pourtant une vraie utilité » nous témoigne la jeune contorsionniste du cirque. Notamment dans son désir viscéral de proximité avec le public : une proximité précieuse, en des temps de méfiance et de suspicion. Les Romanés rapprochent là où l’Etat éloigne.

Devenu gardien de traditions artistiques tziganes, le chapiteau Romanès tient tête au vent qui le tourmente. La culture trouve ici ses vraies lettres de noblesse, dans un cadre fédérateur, une utilité synonyme de désobéissance salutaire. Romanès le romanesque, leader d’une résistance en musique, défenseur officiel malgré lui d’une culture mise à mal.

 

Plongée dans l’univers du cirque tzigane Romanes, reportage réalisé le 22 janvier 2011 :

  • © Mikaël Aurelio Doulson Alberca / Jérémie Larrieu / Shayda Masoud

 

Diaporama des coulisses du spectacle :

En réponse à cette situation de plus en plus médiatique, Jean-Denis Combrexelle, le Directeur général du Travail, revient sur le sort des Roms en situation irrégulière en France, et l’avenir à moyen-terme du cirque Romanès :

 

  • Interview de Jean-Denis Combrexelle et de son adjoint Jean Bessière (Paris, 7 février 2011) :

  • © Mikaël Aurelio Doulson Alberca / Jérémie Larrieu / Shayda Masoud

Le Centre des Cultures Tziganes : un projet en suspens

Annoncée par Christophe Girard, l’adjoint au Maire de Paris en charge de la Culture, lors de la soirée de soutien au Cirque Romanès le 4 septembre 2010, l’idée de la  création d’un Centre des Cultures Tziganes à Paris est en réalité dans les cartons depuis presque trois ans. La situation difficile du cirque et l’engouement médiatique qu’il a suscité semble avoir redonné du souffle à ce projet et ravivé l’espoir pour les artistes du cirque. Alexandre Romanès était d’ailleurs présenté comme le futur directeur. Mais, interrogé le 22 janvier, il affirme ne pas avoir été recontacté par la Mairie à ce sujet, et n’être au courant d’aucune avancée sur le projet. De son côté, Christophe Girard n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Soutenir les Tziganes en détresse est certes salutaire et mobilise une partie des acteurs socio-culturels des collectivités, mais la concrétisation de certaines initiatives semble se heurter à un manque de volonté politique manifeste.

 

M.A. D. A., J. L., S.M.

Revenir à l’enquête

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :